PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Gebr. Niendorf

Manufacture de pianos fondée à Luckenwalde / Berlin en 1896




Carl Niendorf offre un bel exemple de l'infatigabilité (Unermüdlichkeit) qui pousse un amoureux du piano sur les chemins du succès. Né le 22 janvier 1865 dans la petite ville de Luckenwald près de Berlin, Carl Niendorf exerce d'abord le métier de menuisier. Mais, bien vite, il part sur les routes faire un véritable tour de compagnonnage : à Merseburg auprès des pianos Ritter, à Schwelm chez le célèbre facteur de pianos Ibach, puis, de retour dans la région berlinoise, il est actif auprès des firmes Mörs, Görs & Kallmann et List. Il emmène alors ses valises à Kiev (Ukraine) à la fabrique de pianos Strobel, et enfin à Odessa (Russie) auprès de la firme Rausch où il est réparateur de pianos.

En 1889, il retourne à Berlin et exerce en tant que technicien du piano chez Laurinat & Co. Mais rapidement il pense à fonder sa propre entreprise : c'est la naissance de la Pianofirma Carl Niendorf dans la rue de la Silésie (Schlesischen Strasse). Carl Niendorf transfèrera peu de temps après la fabrique de pianos dans sa ville natale : Luckenwalde, qui deviendra désormais le lieu emblêmatique des pianos Niendorf. Développement et succès s'ensuivent. 1922 : une nouvelle fabrique est érigée. 3000 pianos en sortent chaque année par les soins de 400 travailleurs !




Couverture du catalogue Niendorf Pianos Flügel, c. 1909.
Collection Carl Esther.



Vues de la fabrique de pianos et des magasins de vente Gebr. Niendorf.
Extrait du catalogue Niendorf Pianos Flügel, c. 1909.
Collection Carl Esther.




La nouvelle manufacture de pianos Niendorf érigée en 1922 à Luckenwalde.
Extrait du catalogue Niendorf, s.d. [c. 1925].
Collection Carl Esther.



Vue de la scierie de la manufacture de pianos Niendorf à Luckenwalde.
Extrait du catalogue Niendorf, s.d.[c. 1925].
Collection Carl Esther.



Vue de la salle de concert Niendorf de la Postdamerstrasse, 13, à Berlin.
Extrait du catalogue Niendorf, s.d.[c. 1925].
Collection Carl Esther.






Vues d'un piano à queue et d'un piano droit Niendorf.
Extrait du catalogue Niendorf, s.d. [c. 1925].
Collection Carl Esther.


La crise de 1929, la succession de ses fils Hermann et Max à la tête de l'entreprise Pianoforte Firma Gebr. Niendorf, la fusion temporaire avec quelques vieilles firmes de pianos allemandes sous la dénomination Deutschen Pianowerke A.-G., la Seconde Guerre mondiale, tous ces évènements vont rythmer la vie de la fabrique de pianos Niendorf. En 1945, Luckenwalde est dans la zone d'occupation soviétique de l'Allemagne et celle-ci sera érigée le 7 octobre 1949 en République démocratique allemande (R.D.A. / D.D.R.) en face, à l'ouest, de la République fédérale d'Allemagne qui regroupe les zones d'occupation française, anglaise et américaine.

Sous le régime du parti socialiste unifié (SED) de la République démocratique allemande (D.D.R.), le relèvement économique est difficile, mais néanmoins se fait. Niendorf à Luckenwalde reste un centre de production de pianos vigoureux : la firme qui, dès les années 1920, s'était fait un renom dans la fabrication des premiers petits pianos à queue (1,38 m) se spécialise dans ce créneau : sur les fabrications du modèle 138, la Deutsche Piano Union (qui regroupe une grande partie de la production est-allemande) inscrira diverses marques : outre l'originelle Gebr. Niendorf, Zimmermann, Hupfeld, Geyer.





  
Couverture et feuillets publicitaires de la fabrique de pianos Gebr. Niendorf, s.d. [c. 1960].
Collection Carl Esther.



Feuillet publicitaire présentant le piano à queue Gebr. Niendorf modèle 10, c. 1985.


 
Pianos à queue marqués Hupfeld et Zimmermann (de fabrication Gebr. Niendorf) présentés au Salon de Bruxelles, 1986.
Photos collection Carl Esther.



La chute du mur de Berlin, en 1989, sonne la réunification de l'Allemagne. C'est aussi un réalignement de l'économie du pays réunifié sur les bases et au profit de l'Ouest. Il s'ensuit un tohu-bohu pour toute l'industrie du piano de Saxe, de Thuringe ou du Brandebourg. Les pianos Gebr. Niendorf souffriront de cette situation mais résisteront, s'arc-bouteront sur leur passé, leur expérience et s'engageront heureusement sur le chemin du futur.

Aujourd'hui, le jour est bien levé sur les ferments d'un avenir renouvellé.




Une vue de la fabrication actuelle à Luckenwalde, 2018.
Source : www.niendorf-piano.de.





© 2004 Pianos Esther - Tous droits réservés.