PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Seiler

Manufacture de pianos fondée à Liegnitz (Silésie) en 1849



Seiler aujourd'hui n'est plus le Seiler allemand historique. En fin de parcours, la firme a été reprise en 2009 par la société coréenne Samick. Désormais le nom Seiler se retrouve sur trois gammes de pianos très différentes en qualité.

1. Seiler sensu stricto assez résiduel, fabriquée à Kitzingen (Allemagne), de prix élevé, et qui n'est disponible semble-t-il que sur commande.
2. Eduard Seiler essentiellement en provenance d'Indonésie (Djakarta) mais "montée" à Kitzingen.
3. Johannes Seiler totalement fabriquée en Indonésie.

Quelques vendeurs peu scrupuleux entretiennent facilement de la confusion entre ces trois gammes. Ainsi un revendeur de la région de Liège mets sur son site Internet une photo d'un Seiler authentique avec la légende Seiler Ritmo 116. Or il s'agit d'un Eduard Seiler, c'est à dire un piano essentiellement fabriqué en Indonésie. Cela laisse croire qu'il s'agit d'un piano "tudesque" pour reprendre la propre expression de ce revendeur, terme que le Larousse qualifie de vieilli (mot qui n'est généralement plus compris ni utilisé) et qu'il définit comme se rapportant aux Allemands. A bon entendeur, salut !





Les armes de la ville de Liegnitz (Allemagne),
aujourd'hui Legnica (Pologne) étaient reprises sur les pianos Seiler.


Eduard Seiler établit une fabrique de pianos en 1849 à Liegnitz en Silésie, alors sous domination de la Prusse. Le territoire devient en 1871 une région de l'Empire allemand. 82 500 pianos seront fabriqués de 1849 à 1945 chez Seiler qui se définit comme la plus grande fabrique de pianos de l'Est de l'Allemagne.




La fabrique de pianos Ed. Seiler à Liegnitz, c. 1880.




Cadre en fonte avec la marque de fabrique Ed. Seiler.
Piano Ed. Seiler n°31 926, 1902.
Photo collection Carl Esther.



Cadre en fonte de la fabrication Eduard Seiler avec les armes de Liegnitz .
Piano Ed. Seiler n°31 926, 1902.
Photo collection Carl Esther.



Décalcomanie avec l'implantation à Liegnitz en Silésie.
On lit la légende Grösste Pianoforte-Fabrik Ost-Deutschlands.
Piano Ed. Seiler n°31 926, 1902.
Photo collection Carl Esther.


  
Détail de la décalcomanie avec vue de la fabrique Seiler à Liegnitz.
Photos collection Carl Esther.



Couverture du Catalogue Ed. Seiler - Flügel - Pianos, 1929.
Collection Carl Esther.



En-tête de lettre, 1929.
Collection Carl Esther.





Les pianos Seiler au Festival de Bayreuth, 1930.
Collection Carl Esther.


La fixation de la frontière est de l'Allemagne sur la ligne Oder-Neisse en 1945 (accord de Postdam) inclut la Silésie dans la République polonaise. L'usine a été détruite en 1945 par la guerre. Les Polonais des régions annexées par l'U.R.S.S. (Russie) sont dirigés sur les territoires enlevés à l'Allemagne. Ceux-ci, dont la Silésie (en polonais Slask, en allemand Schlesien) voient un transfert massif des Allemands à l'ouest de la ligne Oder-Neisse.

Ainsi, en 1945, la production est arrêtée. La famille Seiler-Dütz doit fuir la Silésie. Une production réduite de pianos Seiler va reprendre au Danemark à Copenhague par la fabrique Jörgensen (moins de 2000 pianos au total).




La fabrique de pianos Brodr. Jörgensen à Copenhague au Danemark qui fabriqua les pianos Seiler entre 1946 et 1957.
Extrait de Das Musikinstrument, février 1975.



Macaron du centenaire de la fabrique Ed. Seiler.


En 1957, la production se fait, sous licence, chez Carl Müller à Langlau/Bavière.

En 1962, Steffen et Ursula Seiler-Dütz commencent la fabrication Seiler sur un site propre à Kitzingen sur le Main en Bavière. Des collaborations diverses et des acquisitions (dont Zeitter und Winckelmann en 1963) conduisent à l'élaboration de l'opus 100 000 dans une usine nouvelle et agrandie pour le 125e anniversaire (1974).




Ayant quittés en 1945 Liegnitz (Silésie), aujourd'hui Legnica, les pianos Seiler s'installent à Kitzingen en 1962 après être passés par Copenhague et Langlau.



La nouvelle fabrique de pianos Ed. Seiler à Kitzingen/Main, 1974.


 

 
Vues de la fabrique de pianos Ed. Seiler à Kitzingen, 1974.
Collection Carl Esther.



Stand d'exposition d'Eduard Seiler à la Foire de Francfort-sur-le-Main en 1974.


Les années qui suivent sont bénies des dieux : production du meilleur niveau, ouverture des marchés étrangers dont les U.S.A. et renom international retrouvé.




En-tête de facture d'Ed Seiler, 1974.
Collection Carl Esther



Piano à queue Seiler, modèle Showmaster, 1987.


En 2008, les indicateurs sont au plus bas. Le marché du piano est déprimé. La poursuite de la conduite de l'entreprise après le retrait de Steffen Seiler-Dütz est difficile. En 2009, la firme Seiler fait faillite et aucun repreneur ne se présente. La succession de Steffen-Dütz Seiler qui avait implanté la firme à Kitzingen (Allemagne fédérale) après sa destruction en Silésie, des suites de la guerre, n'a pas été bien menée. D'autre part, le marché des Etats-Unis, très important pour Seiler, s'effondre.

Après bien des vicissitudes, la firme coréenne Samick achète, quasi à l'encan, ce qui reste de Seiler. Pour le coréen Samick, il s'agit plus d'acquérir une marque allemande renommée, une base de distribution à partir de l'Allemagne et des parts de marché que de rétablir la firme Seiler dans son lustre d'antan.




Lors de la Foire de Francfort-sur-le-Main, le coréen Samick présentait un stand de pianos mixte Seiler - Samick.
De Liegnitz à Kitzingen en partance pour Séoul...
Extrait de Europiano, juin 2009.


AUJOURD'HUI : le coréen Samick propose sous les marques Seiler, Eduard Seiler et Johannes Seiler trois gammes de pianos de qualité très différente.

1. SEILER sensu stricto assez résiduel, fabriquée à Kitzingen (Allemagne), de prix élevé, et qui n'est disponible semble-t-il que sur commande.
2. Eduard Seiler essentiellement en provenance d'Indonésie (Djakarta) mais "montée" à Kitzingen.
3. Johannes Seiler totalement fabriquée en Indonésie.




Exemple de publicité qui prête à confusion.

L'image est celle d'un Seiler authentique fabriqué à Kitzingen (voir le cylindre où apparaît le seul logo Seiler de la gamme fabriqué en Allemagne). L'indication rose avec le terme Ritmo 116 indique qu'il s'agit d'un Eduard Seiler, donc d'un piano essentiellement fabriqué en Indonésie et "monté" en Allemagne. Quant au prix, le même modèle mais de dimension supérieure (126cm) est proposé par pianoshop.fr à 7 826 € et le même modèle encore plus grand (132cm) à 8 598 €. Conclusion : pour le même prix on peut avoir un vrai piano européen de qualité supérieure à tous points de vue.




© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.