PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Schimmel

Manufacture de pianos fondée à Leipzig en 1885


Les restructurations successives de la firme ont abouti à une diversification de l'offre de ses pianos. Celle-ci est parfois difficile à cerner. Ainsi quelles sont les différences exactes entre la gamme Konzert (le haut de gamme de Schimmel) et les gammes Classic et International pour justifier de si grandes différences de prix ? Ces différences n'apparaissent pas explicitement sur les catalogues et sur le site Internet du fabricant, tant au niveau des modèles que des prix. A ces séries fabriquées en Allemagne, s'ajoute la série Wilhelm Schimmel fabriquée, elle, à Kalisz (Pologne).

Quant aux prix pratiqués, ils procèdent plus d'une étude "marketing" qui élargit les différences vers le haut pour avoir un catalogue avec des prix plus étalés. Dans le magasin qui vend la marque Schimmel, l'information ne sera pas toujours facile à déchiffrer. Dès lors un conseil : se renseigner plutôt deux fois qu'une.





En-tête de lettre, 1930.
Collection Carl Esther.


En allemand, Schimmel signifie cheval blanc. Et lorsque l'on veut reconstituer l'histoire des pianos Schimmel, on se voit un peu comme Phaéton dirigeant les chevaux du char du Soleil avec la présomption d'une tâche au-dessus des forces.





Car pour reconstituer l'histoire de Schimmel, il faut rassembler et replacer dans la continuité des évolutions qui présentent des ruptures. Pourtant il y a une forte tradition Schimmel, ne serait-ce que dans la succession de 4 générations à la tête des pianos Schimmel depuis la naissance de la firme le 8 mai 1885.




Wilhelm Schimmel.
Extrait de Wilhelm Schimmel - Sein Werk in Wort und Bild - 1885-1925.
Collection Carl Esther.



Wilhelm Arno Schimmel et Arthur Schimmel.
Extrait de Wilhelm Schimmel - Sein Werk in Wort und Bild - 1885-1925.
Collection Carl Esther.


Le fondateur de la société Wilhelm Schimmel est né le 8 septembre 1854 à Alt-Ohlisch (aujourd'hui dénommé Stará Oleska en Tchéquie). En 1879, il travaille pour la fabrique de pianos Stichel à Leipzig. Il a 26 ans et se passionne pour le piano dont la production est alors en plein développement. Quelques années plus tard, en 1885, il fonde sa propre firme... Dix ans plus tard, le millième piano Schimmel sortira des ateliers. Le développement se poursuit avec une nouvelle fabrique à Leipzig-Stötteritz, des titres de fournisseurs de cours princières et des médailles d'or aux Expositions mondiales de 1913 et 1914. La production atteint alors le chiffre de 10 000 pianos (en 1913, Blüthner est à 94 000, Pleyel à 158 000, Rönisch à 64 000).




Vues des premières implantations industrielles.
Extrait de Wilhelm Schimmel - Sein Werk in Wort und Bild - 1885-1925.
Collection Carl Esther.


        
Extrait du catalogue Schimmel Hofpiano-Fabrik, Leipzig, s. d. [1914].
Collection Carl Esther.


La crise des années 20 en Allemagne et l'expansion de la radio et du gramophone affaiblissent l'industrie du piano et plusieurs fabricants dont Schimmel fonde une société commune, la Deutsche Piano-Werke AG. Cette société développe dans de nouvelles fabriques modernes une production "coopérative" à Luckenvalde (près de Berlin) et à Braunschweig. Les pianos droits portant la marque Schimmel y sont alors fabriqués. Les pianos à queue continuent d'être produits à Leipzig. Mais la production ne cesse de s'effondrer.




Le projet de Schimmel est d'exporter ses pianos dans le monde entier.
Extrait de Wilhelm Schimmel - Sein Werk in Wort und Bild - 1885-1925.




 


Vues de la scierie et des ateliers de finition des pianos Schimmel.
Extrait de Wilhelm Schimmel - Sein Werk in Wort und Bild - 1885-1925.
Collection Carl Esther.


En 1932, Wilhelm Arno Schimmel, le fils du fondateur, quitte la Deutsche Piano-Werke et fonde à Braunschweig une nouvelle société : la Wilhelm Schimmel Pianofortefabrik GmbH. La firme ne produira que 2 000 pianos de 1932 au 18 octobre 1944 quand l'usine de l'Hamburger Strasse est détruite par les bombardements américains et anglais.

Après la fin de la guerre, la reprise est lente : en 1949, la firme s'est relevée et produit à nouveau des pianos. A la mort d'Arno Wilhelm Schimmel, en 1961, son fils Nikolaus Wilhelm Schimmel succède à la tête de l'entreprise . Les années 60 sont le début de l'expansion de Schimmel. Une nouvelle fabrique est érigée.




Schimmel présente en 1951 un prototype de piano à queue transparent en plexiglas. Ce prototype fut à la base du célèbre piano à queue Schimmel
en plexiglas qui eut une longue carrière et est toujours au catalogue de la maison de Braunschweig.
Extrait de GOEBEL, Josef, Grundzüge des modernen Klavierbaues, Fachbuchverlag GmbH Leipzig, 1952.
Collection Carl Esther.



Piano droit Schimmel, modèle RS Capriccio, c. 1956.
Extrait du prospectus Schimmel Capriccio.
Collection Carl Esther.


Schimmel devient le plus gros fabricant de la partie occidentale de l'Europe (Piano-Union à Leipzig avec Hupfeld, Rönisch, etc. reste le plus important pour toute l'Europe).

Une parenthèse importante a été ouverte à partir de 1971 lorsque la société Gaveau-Erard qui a repris Pleyel cesse ses fabrications à Paris en France. Dans le cadre de divers accords, elle laisse Schimmel apposer les marques Gaveau, Erard ou Pleyel Paris sur ses propres instruments fabriqués à Braunschweig en Allemagne. Beaucoup d'acquéreurs de pianos modernes portant la marque Gaveau, Erard ou Pleyel sont alors un peu trompé... Au début des années 2000, les marques françaises après être passées sous la coupe d'un conglomérat italien seront reprises par le nouveau propriétaire de Pleyel à Paris, M. Martigny. La relation avec Schimmel relève désormais du passé.




Le pavillon Schimmel, à la Foire de Francfort-sur-le-Main, présente des pianos marqués Gaveau, Erard et Pleyel, 1975.
Extrait de Das Musikinstrument, mars 1975.
Collection Carl Esther.


De 1960 à 2003, lorsque Nikolaus Wilhelm Schimmel passe la main à son beau-fils Hannes Schimmel-Vogel, Schimmel aura fait passer le compteur de ses pianos de 50 500 à près de 350 000 pianos. Schimmel a repris les pianos May de Berlin dont la fabrique ferme ses portes. Schimmel est au sommet de son art. Design adapté au monde contemporain, technicité à l'aune du miracle allemand et expansion mondiale sont au rendez-vous de ce qui est l'âge d'or de Schimmel...

Au cours des années 2000 à côté des Schimmel produits à Braunschweig dans deux classes d'instruments (Schimmel Konzert et Schimmel Klassik), des pianos Vogel by Schimmel sont fabriqués à Kalisz en Pologne. D'autre part des pianos portant la marque May selected by Schimmel sont d'origine chinoise. Cette organisation de l'offre de Schimmel brouille son image et ne suffit pas à compenser les difficultés économiques de la fin de la décennie 2010. La firme fait état de faillite (Insolvenz). La crise sera surmontée avec l'aide publique et l'accord des syndicats du personnel. La firme Schimmel, dans laquelle Yamaha détenait 25 % du capital, repasse le 2 mai 2010 dans les mains de la famille Schimmel...

Malheureusement, depuis lors, la politique commerciale de Schimmel présente des modèles de qualité variable sous un même nom. Ainsi le nom Schimmel se retrouve sur des instruments de trois niveaux de qualité différents pour les instruments certifiés made in Germany (Schimmel Konzert, Schimmel Classic, Schimmel International) et d'une qualité inférieure pour les pianos certifiés made in Europe (marqués Wilhelm Schimmel). Cela fait que l'acheteur se trouve désormais devant un choix difficile à cerner. D'une part, les différences ne sont pas toujours très clairement explicitées et, d'autre part, les modèles les moins bons voient leur prix tirés vers le haut.

Dernière évolution :

En janvier 2016, la compagnie chinoise Guangzhou Pearl River Piano Co Ltd acquière 90% du capital de Josef Schimmel GmbH & Co. KG...




© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.