PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Petrof

Manufacture de pianos fondée à Hradec Králové (République tchèque) en 1864





Antonín Petrof
(1839-1915)



Antonín Petrof est né en 1839. Après avoir appronfondi ses connaissances sur la fabrication des pianos auprès de plusieurs fabriques viennoises (Friedrich Ehrbar, J. Heitzmann & Sohn et J. M. Schweighofer & Söhne), il fonde en 1862 un atelier de fabrication de pianos à Königgrätz. Cette ville faisait alors partie de l'empire austro-hongrois et se trouve aujourd'hui en Tchéquie sous le nom de Hradec Králové. En 1880, une seconde fabrique voit le jour à Temeswar, aujourd'hui Timisoara (Roumanie). L'histoire des pianos Petrof est jalonnée de quelques grands soubresauts. En 1884, la firme dispose de sa propre scierie et, à partir de 1894, elle développe la vente de pianos en dehors des frontières de l'empire austro-hongrois.



La fabrique Petrof à Hradec Králové (Tchécoslovaquie).
Extrait du catatogue Petrof — 1864-1939.
Collection Carl Esther.








Les salles d'exposition des pianos à queue, des pianos droits et des harmoniums de la fabrique Petrof à Hradec Králové.
Extrait du catatogue Petrof — 1864-1939.
Collection Carl Esther.




Décalcomanie apposée sur la table d'harmonie d'un piano à queue Petrof (c. 1940).
On y voit la mention des grands prix obtenus aux expositions de Barcelone (1929), Gand (1913), Bruxelles (1935) et Paris (1937).



En 1948, la Tchécoslovaquie devient communiste. La firme Petrof est nationalisée et la famille Petrof expropriée. Durant la période sous le régime communiste, la production prend un nouvel envol. Jusqu'en 1948, seulement 65000 instruments ont été fabriqués. De 1948 à 1991, près de 450000 pianos seront produits.





Couverture du catalogue de pianos Petrof — 1864-1954.
Collection Carl Esther.

Pour consulter ce catalogue : cliquez ici.




Détail du cadre en fonte du piano Petrof n°95257, anno 1963.
Photo collection Carl Esther.




Détail du cadre en fonte du piano Petrof n°317137, anno 1980.
Photo collection Carl Esther.



Durant cette période, l'industrie tchécoslovaque du piano utilise la marque August Förster. D'autres marques forment la constellation tchécoslovaque : Akord, Dalibor, Fibiger, Rösler, Scholze, Weinbach... En 1958, à l'Exposition internationale de Bruxelles, la firme Petrof met en valeur son statut international.





Carte postale publicitaire avec la mention du diplôme d'honneur obtenu à l'Exposition universelle de Bruxelles 1958.




Couverture du catalogue August Förster - Czechoslovakia, [1959].
Collection Carl Esther.



 

 
Extrait du catalogue August Förster - Czechoslovakia, [1952].
Collection Carl Esther.




Extrait du catalogue August Förster - Czechoslovakia, [1952].
Collection Carl Esther.




Extrait du catalogue August Förster - Czechoslovakia, [1952].
Collection Carl Esther.



L'utilisation de la marque August Förster par la société Petrof prit fin à la suite d'un gentlemen agreement au début des années 2000 avec la manufacture de pianos August Förster de Löbau (Allemagne).





Couverture d'un catalogue Weinbach datant des années 1950.
Collection Carl Esther.



  
Couverture et feuillets d'un catalogue de pianos Rösler, 1959.
Collection Carl Esther.




Détail du cadre en fonte du piano Scholze n°97662, anno 1988.
Photo collection Carl Esther.



A partir de 1991, le passage de la Tchécoslovaquie à l'économie de marché permet aux anciens propriétaires de la manufacture de pianos Petrof d'en reprendre le contrôle. C'est la fin d'une période de grande production. Une nouvelle vie pour Petrof s'ouvre avec de nouveaux modèles, un marketing à l'occidental et une production moins quantitative.

Les derniers développements de Petrof conduisent la firme dans une relation liée au marché asiatique. Une grande partie de la production propre est destinée à ce marché. D'autre part, le fabricant chinois Hailun fabrique des pianos pour la société Petrof portant les noms Rösler, Scholze, Weinbach... On entre désormais dans un stade de développement mondialisé où le jeu des origines, des modules de fabrications divers et des marques devient aussi complexe que parfois, il faut bien le dire, peu transparent...



Le site Internet du fabricant chinois de pianos Hailun fait apparaître dans le coin de l'image en bas à gauche qu'il fabrique des pianos
portant les marques Rösler, Wendl & Lung, Zimmermann, Feurich... pianos qui n'ont plus rien à voir avec les fabrications d'origine.



© 2004 Pianos Esther - Tous droits réservés.