PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Hupfeld

Manufacture de pianos, phonola et orchestrions fondée à Leipzig en 1892




L'épopée Hupfeld a un côté phénix, cet oiseau fabuleux qui vivait au milieu des déserts de l'Arabie, se faisait périr sur un bûcher, et renaissait de sa cendre toujours merveilleux.

Le fondateur Ludwig Hupfeld naît en 1864 à Maberzell près de Fulda. Il fait son apprentissage à Cologne, puis acquiert en 1892 l'entreprise J. M. Grob & Co à Leipzig qui, dès 1887, a développé les premiers appareils mécaniques pour pianos.

La fabrique de Ludwig Hupfeld occupera la première place dans la construction d'orchestrions et des mécanismes à rouleau de papier perforé pour piano. Phonola et Phonoliszt s'ensuivent. Puis le Violina avec des duos automatiques de violon et piano.




La fabrique Ludwig Hupfeld A.-G., c. 1905.








Vues des ateliers de la fabrique de Ludwig Hupfeld A. G., c. 1905.


La production de la fabrique Ludwig Hupfeld est présentée à l'Exposition universelle de Liège en 1905 et à l'Exposition universelle de Bruxelles en 1910.




Pavillon du représentant de la fabrique de pianos électriques - orchestrions - phonola Ludwig Hupfeld à l'Exposition universelle de Liège, 1905.
Sur la banderole, on lit Ludwig Hupfeld | Meyer-Leuther | Agent rue de la Cathédrale à Liège.
Carte postale, collection Carl Esther.




Vue du hall d'exposition de la fabrique Ludwig Hupfeld A. G. à l'Exposition universelle de Bruxelles 1910.




On remarquera que les gravures des villes de Bruxelles et de Leipzig présentent chacune leur palais de Justice et leur hôtel de Ville (Rathaus).
Carte postale, 1910. - Collection Carl Esther.


1910 : inauguration de la Maison Hupfeld dans le centre-ville de Leipzig comportant une salle de concert et un espace de présentation de plus de 200 instruments. En 1911, une nouvelle usine est érigée à Böhlitz-Ehrenberg près de Leipzig. Celle-ci emploie 1 300 collaborateurs. 50% de la production est exportée.





La Maison Hupfeld Petersstraße 4 à Leipzig.




La nouvelle fabrique Hupfeld à Böhlitz-Ehrenberg près de Leipzig.




Phonola-Pianino Grotrian, Steinweg Nachfolger équipé d'un phonola Hupfeld.
Extrait du catalogue Grotrian, Steinweg Nachf. - Hof-Pianofortefabrik - Braunschweig, 1910.
Collection Carl Esther.



Visite du roi de Saxe Friedrich August à la fabrique Ludwig Hupfeld, 1912.
La royauté de Saxe sera abolie avec la fin de l'Empire et l'avènement de la République de Weimar en 1918.




"La plus belle demeure est imparfaite sans la présence d'un piano. Le plus beau piano est incomplet sans l'adjonction d'un Phonola."
Encart publicitaire, 1913.


Après la première guerre mondiale, la fabrique poursuit son expansion.

1918 : la fabrique de pianos Carl Rönisch de Dresde qui produit plus de 3000 pianos par an est reprise par Ludwig Hupfeld A.-G..




La collaboration entre Ludwig Hupfeld et Carl Rönisch débute en 1902.
Rönisch fournit les pianos dans lesquels Hupfeld installe l'instrument pneumatique.
Encart publicitaire, 1910.



Encart publicitaire, 1921.


1920 : achat de la fabrique de pianos A. H. Grunert de Johanngeorgenstadt (2000 pianos par an).

1924 : achat de la fabrique de pianos G. Steck de Gotha (6000 pianos par an).





Encart publicitaire de la Ludwig Hupfeld A.-G. présentant ses différents centres de fabrication, 1925.



1926 : fusion avec la fabrique de pianos Gebr. Zimmermann de Seifhennersdorf (près de Leipzig). La nouvelle société — Leipziger Pianoforte- und Phonola-Fabriken Hupfeld-Gebr. Zimmermann AG — est alors le plus gros fabricant de pianos en Europe avec plus de 20000 pianos fabriqués par an.





Fabriques et bâtiments administratifs du groupe Hupfeld-Rönisch-Zimmermann. 2300 personnes y travaillent et plus de 200000 instruments y ont été fabriqués en 1930.
Trois logotypes : en haut, Carl Rönisch à Dresde | en bas à gauche, Gebr. Zimmermann à Seifhennersdorf (Leipzig) | en bas à droite, Hupfeld à Böhlitz-Ehrenberg (Leipzig).
Carte postale, 1930 - Collection Carl Esther.



L'entreprise se diversifie : orgues de cinéma, tourne-disques, récepteurs de radio et aussi billards, meubles de maison, chambre à coucher...

1945 : la firme sort exsangue de la guerre de 40-45. Les installations sont fortement détruites par les bombardements.

En 1946, Ludwig Hupfeld est exproprié. Il meurt en 1949 à 85 ans. Son fils Günther Hupfeld collabore à la remise en route de la production de pianos. Et c'est à nouveau une renaissance sous le régime de la Deutsche Demokratische Republik.

  • 1954 : 710 pianos par an.
  • 1960 : 2000 pianos par an.
  • 1964 : 4300 pianos par an.
  • 1967 : formation de la Deutsche Piano-Union Leipzig (D.P.U.) avec Rönisch, Zimmermann, Hupfeld...
  • 1985 : plus de 21000 pianos droits, 1300 pianos à queue, 350 clavecins par an.



  
Photographies réalisées en 1974 pour la V.E.B. Leipziger Pianofortefabrik (marque Hupfeld)
par Friedrich Weimer à la Leipziger Herbstmesse (Foire internationale de Leipzig).
Collection Carl Esther.


1989 sonne la fin de la D.D.R. et la réunification de l'Allemagne. L'industrie du piano en Saxe va subir des années de réorganisation.



Les derniers pianos Hupfeld produits en Allemagne de l'Est
portaient cette marque en matière synthétique collée sur le cadre en fonte.
Photo collection Carl Esther.


Sous les auspices des prestigieuses firmes allemandes de pianos Blüthner et Rönisch, les pianos Hupfeld renaissent comme le phénix. De nouveaux modèles de pianos Hupfeld conçus à partir de Leipzig sont prêts à reconquérir le monde.



    


Ces instruments d'un rapport qualité/prix exceptionnel sont à découvrir dans notre magasin rue des Carmes n°18 à Liège.




© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.