PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Hautrive

Manufacture de pianos fondée à Bruxelles en 1887


C'est par hasard qu'Edmond Hautrive (1850-1902) se retrouve propriétaire d'un petit atelier de pianos en 1887. Poursuivant la finition de quelques pianos en chantier avec des ouvriers qu'il fait venir de Paris, il est pris par le virus de la facture de pianos et c'est ainsi que la Maison Hautrive est fondée en 1887.

L'histoire de la maison Hautrive est lancée. S'entourant de collaborateurs compétents, Edmond Hautrive mène la firme de succès en succès : médaille de bronze à l'exposition universelle de Paris 1900, médaille d'or à l'exposition universelle de Liège 1905, les distinctions s'enchaînent. Entre 1926 et 1936, la cadence de fabrication est à son meilleur niveau.

En 1935, naît le projet d'élaborer un piano à queue de concert. Ce piano sera pris pour le concours Eugène Ysaÿe de 1938 (1er concours de piano devenu le Reine Elisabeth). Hautrive équipe aussi en pianos la Chapelle musicale Reine Elisabeth et le nouveau siège de la radio belge de la place Flagey (Grand Studio de l'I.N.R.).

A cette époque, quelques instruments de style Art déco très épuré sortent des ateliers Hautrive alors installés rue Royale à Bruxelles.

Un des fils d'Edmond Hautrive, qui était très actif dans la fabrique, meurt en 1945. La firme poursuivra son activité avec une direction familiale. Mais, lentement, la production se tarit et laisse la place au commerce de marques étrangères (Grotrian-Steinweg, Petrof...) En 1960, ce n'est plus qu'une petite vingtaine de pianos qui est produite et à ce jour la firme n'existe plus.




Piano droit Hautrive, n°3592, Bruxelles, c. 1900.
Photo collection Pianos Esther.



Barre d'adresse Hautrive - Bruxelles.
Photo collection Pianos Esther.



Panneau supérieur avec décorations sculptées et flambeaux du piano Hautrive, n°3592.
Photo collection Pianos Esther.



Barrage du piano Hautrive, n°3592.
Photo collection Pianos Esther.



Détail du cadre en fonte avec les initiales E. H. d'Edmond Hautrive, coulées dans la masse, du piano n°3592.
Photo collection Pianos Esther.



Détail du cadre avec la marque Hautrive coulée dans la fonte d'un piano Hautrive datant de 1924.
Photo collection Pianos Esther.



Barre de dièse avec la mention du Grand Prix
obtenu à l'Exposition universelle de Bruxelles 1910 d'un piano Hautrive de 1924.
Photo collection Pianos Esther.



Lettre de la maison Hautrive, 1931.
Collection Carl Esther.




 
Publicité de la Maison Hautrive
parue dans Le piano, La Revue internationale de Musique, vol.1, n°5-6, Bruxelles, 1939.
On distingue le piano de concert 275.
Collection Carl Esther.



Page de couverture du programme de l'Institut national belge de radiodiffusion, 1946-1947.
Le bâtiment de la place Flagey était équipé de pianos Hautrive.
Photo collection Carl Esther.



Le Grand Orchestre Symphonique et les Choeurs dans le Grand Studio de l'I.N.R., place Flagey à Bruxelles, 1946
Extrait du programme de l'Institut national belge de radiodiffusion, 1946-1947.
Collection Carl Esther.



Piano droit Hautrive de style Art déco, meuble en padouk du Congo avec filets incrustés, n°24167, 1942.
Photo collection Pianos Esther.



Piano droit Hautrive, n°24167, Bruxelles, 1942.
Photo collection Pianos Esther.



Marque de fabrique insérée dans le cylindre.
Photo collection Pianos Esther.



Marque de fabrique coulée dans le cadre en fonte.
Photo collection Pianos Esther.


    
Détails du panneau supérieur en bois de placage de padouk du Congo, décoré de filets.
Photo collection Pianos Esther.



Pédales et fond de pédales du piano Hautrive.
Photo collection Pianos Esther.



© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.