PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Pianos Bovy


Issu de Herve, un nommé Jacques Bovy fut actif comme professeur de solfège et de piano dans la banlieue est de Liège (Fléron-1930). Il était en relation avec des maisons de pianos de la ville de Liège vers lesquelles il dirigeait ses élèves pour l'achat des instruments, ainsi notamment vers la maison de pianos Esther ou la maison Schultz.

Le Dictionnaire des facteurs d'instruments de musique en Wallonie et à Bruxelles du 9ème siècle à nos jours, sous la direction de Malou Haine et Nicolas Meeùs (éditeur Mardaga, 1986) ne fait aucune référence à un Bovy ou à un magasin de pianos Bovy qui serait actif dans le domaine.

Dans les années 60, Jacques Bovy disposait dans sa maison de Fléron de quelques pianos qu'il cédait à ses élèves. Il insérait dans les journaux toutes boîtes de l'époque des réclames ainsi formulées : "Mes petits frais généraux me permettent de faire des petits prix" (Maison blanche, rue Lapierre à Fléron). Son activité s'arrêta vers 1975.

Le fils de Jacques Bovy ouvrit un magasin de fourrure dans la même banlieue (région de Fléron et de Soumagne) tout en commettant quelques activités liées aux pianos, mais pas de vente d'instruments.

Bien plus tard, vers l'an 2000, un petit-fils de Jacques Bovy s'installa dans un hall de la banlieue sud de Liège à Trooz, commune de Chaudfontaine, où il développa une activité de vente de pianos. Sur ses dépliants publicitaires, il revendique trois générations au service du piano. Cependant, aucune immatriculation n'apparaît au registre de commerce avant le début des années 2000. Les tous derniers dépliants publicitaires font remonter la fondation à 1927... Il est vrai que tout le monde descend d'Adam et Ève...




© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.