PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Piano droit Julius Blüthner - 1916



   
Piano droit Julius Blüthner, modèle n°2 - 136cm.
Extrait du catalogue Blüthner, c. 1922.
Collection Carl Esther.



Vue faciale du piano sans la mécanique.



Le cadre d'acier est développé avec cinq brides (bien visibles ici avec la dorure).
Cette conception a été mise au point par Carl Rönisch, facteur de pianos à Dresde (1866).
Elle est de mise aujourd'hui dans la fabrication des pianos à queue. En général, les pianos droits n'en comportent que quatre.



Chevillage. On distingue la plaque de cuivre dans la partie ajourée du cadre qui protège le sommier
et sur laquelle se trouve marquée à l'encre de Chine la place du LA (A) et la place du RE (D).
On remarque aussi les distinctions obtenues à Anvers (Antwerpen) en 1894 et à Bruxelles en 1910.
Le bleu du feutre est caractéristique des pianos Blüthner.



Décalcomanie sur la table d'harmonie avec l'ajout en rouge de la distinction obtenue
à l'Exposition universelle de Bruxelles 1910.



Vue générale de la mécanique.



Vue supérieure de l'étouffoir à baïonnettes dans ce cas très important et efficace.
On remarque sur la barre d'arrêt la décalcomanie avec la mention : Blüthner-Patent, Etats-Unis d'Amérique du Nord...



Vue du fond de pédales et du chevalet des basses.



Le barrage est largement dimensionné. Les poutres du bâti sont formées d'une âme de hêtre entourée de sapin,
alliant ainsi résistance et élasticité. On remarque aussi le dessin très étudié des contours de la table.


© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.