PIANOS ESTHER

La plus ancienne maison de pianos de Wallonie
Agence Rönisch

 


Attention aux publicités trompeuses


Mille excuses ! Dans cette rubrique nous laissons libre cours à notre indignation devant le concert d'incompétence et de malhonnêteté de ces vendeurs de pianos, en minorité certes, qui racontent n'importe quoi pour vendre à tout prix. Âme sensible, s'abstenir !

Chaque profession a ses brebis galleuses. Malheureusement, le beau domaine des instruments à cordes frappées n'échappe pas à cette règle ou à cette malédiction.

Cas du vendeur camouflé

Cela débute par le soi-disant professeur de piano qui publie des annonces sur 2ememain.be et Kapaza car, dit-il, il vend un piano pour cause de double emploi. La bonne affaire ? En réalité tout est faux : c'est un système où des pianos transitent l'un après l'autre dans une salle à manger ou un hall d'entrée de maison. Le faussaire n'arrête pas de faire la même annonce pour une série de pianos. Un exemple se trouve aux portes du Limbourg flamand à 20 km de Liège. Vendus en l'état, ces pianos sont livrés sans garantie. Les conseils du soi-disant professeur sont bien adaptés au "pigeon" de passage. Tout cela se passe en noir (ni taxe, ni TVA, ni registre de commerce), pénalisant autant les clients que les artisans honnêtes.




On voit bien que le soi-disant professeur qui vend un piano pour cause de double emploi est fait un "vendeur" camouflé.
Ici sur un même carrelage un Förster, un Yamaha, un Kawai et un Hoffmann by Bechstein.



Mauvais conseil d'achat

Voici une pratique malheureuse. Une personne conseille avec vigueur l'achat de telle marque de piano (par exemple souvent Yamaha) chez tel marchand. Le conseil est souvent exclusif et sans nuances...

Cette pratique — encore répandue — est catastrophique :

Le conseil est donné sans tenir compte de l'intérêt réel de l'acheteur. Il en va ainsi lorsque l'on conseille d'acheter un Yamaha (quel modèle vu que le bas de la gamme Yamaha est assez faible et cher ?), alors qu'un piano européen, allemand par exemple, voire chinois, est d'un meilleur rapport qualité/prix.




Cas où il y a un prix de référence trompeur.

Le prix catalogue d'un piano neuf du même type au jour donné n'est pas de 44.400 € comme indiqué dans l'annonce ci-dessous ; mais bien de 32.000 €. De plus ce prix catalogue est largement négociable lors de l'achat (voir les offres sur le marché allemand). Splendide affaire ?



Annonce parue en avril-mai 2010 sur le site Ebay.




L'annonce fait miroiter un prix promotionnel de 9.900 € en référence à un prix neuf de 75.000 € (la différence est tellement énorme que l'on croit rêver)... En fait, il n'y a pas de comparaison réaliste possible de prix commercial entre un modèle B de C. Bechstein de 1907 et les prix des modèles d'aujourd'hui.




Annonce parue en janvier 2010 sur le site Kapaza.




Trois problèmes peuvent être soulevés dans le cas qui suit :

1) Que contient exactement la garantie Pro 10 ans ? Rien n'est précisé à ce sujet : s'agit-il d'une garantie de 10 ans sur tous défauts de fabrication ou bien d'une garantie de satisfaction complète (satisfait ou remboursé) ?
2) Le prix catalogue est surfait : sur des sites professionnels français, le même piano est proposé à des prix nettement plus bas.
3) La provenance est passée sous silence : il faut savoir que les pianos Kieffer n'ont rien d'européen ou d'allemand malgré la consonance germanique du nom. Kieffer est la marque commerciale d'un importateur français. Elle recouvre des pianos d'entrée de gamme fabriqués en Chine.


Annonce parue en mai 2010 sur le site Ebay.




Il s'agit d'un faible piano qu'il vaut mieux ne pas acquérir.

Notre commentaire ici sera très ferme. Pour un prix moitié moindre, on peut avoir un piano droit d'une qualité supérieure et beaucoup plus fiable. De plus, on constate que le prix affiché par le réseau de distribution français est sur leur site Internet de 7 290 €. Le prix offert sur l'annonce que nous jugeons trompeuse est donc un prix à perte. Pourquoi vendre trois pianos à perte s'ils sont valables. En fait, on cumule dans cet exemple deux problèmes : une très faible qualité liée à un prix de départ anormalement élevé.

D'un point de vue strictement économique, il faut décompter des 5 000 € :
- 21 % de TVA.
- les frais de commercialisation du magasin.
- les frais de transport d'arrivée au magasin.
- les frais de livraison au client; ceux du 1er accord, celui de la banquette...


Offre du distributeur Piano Center (France), juin 2010.





Offre d'un revendeur de la région wallonne, juin 2010.



Mai 2014, soit 3 ans après, on constate que le même piano qui était affiché à 7 290 € (prix encore à discuter) dans l'annonce du distributeur français et qui était offert par la dite maison liégeoise avec une remise de 33% soit à 5 000 €, se trouve aujourd'hui dans la situation tout à fait trompeuse suivante : le même piano qui, répétons-le, ne peut être qualifié de belle facture, est donc resté 3 ans en magasin... et est maintenant proposé au prix normal (?) de 9 000 € (!!!) laissé à 5 000 €...



Offre du même revendeur de la région liégoise, mai 2014.




Cas classique où l'indication de la provenance du piano est falsifiée.

Le fait de souligner qu'un piano a une origine allemande apporte une plus-value considérable et en plus un sentiment de confiance. Dans le cas repris ici, les instruments ne sont en aucun cas fabriqués en Allemagne mais pour l'essentiel ou en totalité en Pologne et en Chine (comme cela est indiqué tout à fait explicitement sur le site Internet de la firme Schimmel).



Offres d'un marchand de la région liégeoise.




Cas d'incompétence

Le piano n'a absolument rien à voir avec la fabrication des pianos Thürmer à Bochum, à l'époque en Allemagne de l'Ouest. Le piano est en fait un piano fabriqué par la manufacture Gebr. Niendorf à Luckenwalde (Berlin, Allemagne de l'Est). La présentation de l'instrument est ici erronée, mais concourt bien sûr à le valoriser. Quant à son âge, il est supérieur à vingt ans... L'histoire complexe de la firme Thürmer facilite ce genre de comportement.



Annonce parue en avril 2011 sur le site Ebay.




Voici le comble d'une présentation malhonnête, car il n'est pas possible que le vendeur ne sache pas de quoi il s'agit. Le piano proposé n'a rien à voir avec la fabrication historique de Pleyel sur le plan de la tradition et de la technique. Il s'agit en fait d'un piano fabriqué par Schimmel à Braunschweig. Les références, dans l'annonce, qui sont faites aux qualités de timbre du modèle F de Pleyel sont délirantes... L'acheteur croira acquérir un piano relevant de la tradition française du facteur parisien... et il est complètement trompé. Sans parler du prix de référence totalement surréaliste : l'exact même modèle de piano Schimmel se négociait à l'époque aux environs de 400 000 francs belges, soit environ 10 000 €... On est loin des 42 000 € !




Annonce parue en mai 2011 sur le site Ebay.




L'annonce fait mention d'un modèle parfait pour les auditoriums, les conservatoires et autres institutions. Or le Kawai K-15 est un produit simplifié fabriqué en Chine qui a peu à voir, à part la marque, avec les véritables Kawai des séries K1, K2, K3, etc. (voir notre page consacrée à Kawai). On joue encore ici avec la confiance de l'acheteur potentiel...



Annonce parue en mai 2011 sur le site Ebay.




C'est une tromperie - toute nue - sur la marchandise. Ici, un Zimmermann 111 fabriqué dans l'ex Allemagne de l'Est par la DPU, VEB de Leipzig, en 1977 (le n° de fabrication apparaît sur une vue du mécanisme intérieur : 335...), est présenté pour un Zimmermann Z3 fabriqué par le groupe Bechstein vers 1995 ! Ces deux instruments n'ont aucun point en commun sinon celui d'avoir été fabriqué à vingt ans de distance sur le même site industriel (Seifhennersdorf) ; le Zimmermann 111 porte sa vraie marque, tandis que le Zimmermann Z3 porte une marque commerciale (la marque Zimmermann ayant été acquise par Bechstein au début des années 1990). La valeur neuve indiquée de 7000 € est relative au prix des récents pianos du groupe Bechstein ! En fait ce marchand de la région de Liège a fait apparaître ce même piano plusieurs fois : en avril 2011 sur Ebay, en mai 2011 sur Ebay avec un texte modifié et sur son propre site Internet... Comiquement, il est spécifié que c'est un technicien qui a passé 15 ans chez Bechstein qui règle le piano !




Annonce parue sur Ebay en avril 2011.





Annonce parue sur Ebay en mai 2011.




Vue intérieure fournissant le numéro en millième (335...) de fabrication de l'instrument parue sur Ebay en mai 2011.



Sur le site Internet du vendeur, le même piano est proposé à la vente. Le texte de la première annonce va être modifié, vraisemblablement suite à une critique d'un client. Le groupe Bechstein indiqué comme fabricant disparaît. Par contre, le modèle est toujours spécifié comme un Z3 (les Z3 sont des pianos fabriqués par Bechstein !) et il est précisé qu'il a été fabriqué en 1995 en Allemagne de l'Est. L'Allemagne de l'Est (DDR) a cessé d'exister en 1990 ! Et le piano proposé à la vente a été fabriqué en 1977 comme l'atteste son numéro de série.





Capture effectuée le 28 mai 2011 sur le site commercial du vendeur.




Capture effectuée le 31 mai 2011 sur le même site commercial du vendeur.




Nous continuerons à multiplier les exemples de ce type qui sont nombreux sur Internet.


Retour  Carte du site

© 2004-2017 Pianos Esther - Tous droits réservés.